histoire amour corinne

Corinne je t aime : lettres d'amour et réflexions sur la rupture... le grand bonheur est possible !

Avant il y' eut : Emma je t'aime !...
Oui : Emma, je t’aime ?... la régie Lagardère Publicité s'est fait ainsi de la piblicité... et... officiellement : Emma est revenue ! Comme Mathilde avant...
D'où ce site :
Corinne je T'Aime où contrairement à Emma elle ne doit pas revenir. La fin d'un Amour est définive.

Corinne... reste où tu es !...
Henri de Monterland a écrit : " VIVE QUI M'ABANDONNE, IL ME REND A MOI-MEME...!"

Je t'Aime... le dire avec des fleurs... mais il pleut sur nos fleurs...

La chaîne Youtube des Amours et du reste :
Abonnement GRATUIT, géré par Youtube :


Emma a-t-elle existé, ai-je connu une Corinne ?

Lisez et méditez !... Lisez Comment a débuté cette histoire et comment en quelques jours tout bascule... Quand elle vous quitte... il faut TOUT FAIRE pour éviter son RETOUR... (ça ne coûte pas le prix d'une campagne de pub Lagardère...) donc aussi lui faire croire que vous l'aimez encore mais êtes TROP CHIANT, PAS ASSEZ BIEN pour elle.


Corinne je T'Aime est le site de la rupture définitive nécessaire dès le premier "je te quitte".

Extraits :

Et tu as osé m'écrire "mon âme soeur" après le 25 décembre 200X, après m'avoir trahi.
Les mots ont un sens, Corinne. Tu le savais en novembre et décembre 200X. Tu disais "je t'Aime"... Tu disais "confiance"... "bébé"...
Tu sais aussi ce que je t'ai écrit AVANT NOTRE AMOUR, le respect...
Alors pourquoi ? Ta réponse ne me concerne plus. Tu n'es pas une femme de coeur. Tu aurais pu l'être. Tu pourrais l'être...
La distinction entre ton essence et la Corinne quotidienne n'est plus que de la littérature.
Il arrive un moment où le passé n'est plus une excuse. Tu as choisi. Tu as déchiré, souillé, saccagé NOTRE LIEN, notre DESTIN, tu as...
Adieu Corinne,

Stéphane
5 Mars 200X

Je repense à ce dialogue de "On ne badine pas avec l'amour" (Alfred de Musset, tu te souviens, Corinne ?) :
On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ;
mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière ; et on se dit :
"j'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j'ai aimé.
C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui".


Ce soir encore plus : comment as-tu pu TRAHIR ? Et même retourner dans ton "enfer", là où tu as tant souffert et où tu as fait souffrit J. ? Là où l'indignité s'est incrustrée en toi ?
27 mars 200X


Corinne je T'Aime : lettres d amour - le grand bonheur est possible ? (mais pas avec elle !)

Reprendre des thèmes récurrents - ceux du temps de l'harmonie...

Je te ressens si souvent en moi. Et avec une telle présence qu’il m’est difficile de croire que tu es là sans vouloir y être. Ton essence, oui. Et une partie de Toi le refuse donc, sinon tu me téléphonerais, j’entendrais de nouveau JE T’AIME... et notre LIEN fonctionnerait de nouveau dans les deux sens.
Où se perd l’Amour que je t’envoie ? Ou alors il rejoint ton essence ?
Et l’Amour envoyé par ton essence rejoint mon essence ?
CE LIEN MERVEILLEUX ENTRE NOUS, SERA PLUS FORT QUE TOUT ?


Quelqu’un t’a dit que NOUS ce sera LE GRAND BONHEUR et deux bébés.
Tu n’avais pas besoin de ce regard extérieur. Dans ton essence, notre HARMONIE avec nos quatre enfants est inscrite.

A cause du passé, le mien et le tien, tu es repartie dans le cycle du malheur. Corinne, 40 ans, rien que du malheur !
Nous changeons d’époque ! Il te faut la force de franchir les dernières étapes, sortir des embrigadements mentaux et sociaux, dernières étapes indispensables à notre grande union.

Je n’attendrai pas le 18 juin pour lancer mon appel !
Dites-lui que je l’Aime !


Pour comprendre cette histoire : (il faut aussi écrire de longues lettres qu'elle lira vite ou pas mais peu importe...)

Corinne,

J’avais « ma tête de T. » (comme j’écris dans une pièce de théâtre). Un peu la photo, sans la guitare, plus une chemise blanche artistique (achetée après photo)
Avec TOI j’ai voulu arriver sans mise en forme, sans jouer avec les apparences.
Je sais certes que lors d’un « premier contact » l’apparence est importante mais je nous croyais TELLEMENT au dessus de ça et depuis des années j’avais délaissé ces apparences.
Il m’a suffi de quelques euros pour retrouver une apparence qui m’ouvrait bien des portes dans le show biz ! (mais j’ai quitté aussi ce milieu à cause de cette importance des apparences...)
Faut-il toujours séduire physiquement, même la Femme de sa vie ? Un minimum, sûrement, OUI, je l’avais oublié !
D’avoir vécu loin de toute relation durant des années m’a fait oublier que même dans l’Amour il faut susciter le désir (alors que dans le désir on peut l’attendre longtemps l’Amour)
Je sais que si j’étais arrivé comme sur la photo (sans la guitare quand même) à Agen, tu m’aurais trouvé « trop artistique » mais tu aurais évacué totalement 1983... et nous serions allés à l’hôtel le premier soir ?
Je ne t’ai rien caché. Mais j’ai négligé certaines choses : je croyais que rien ne pouvait nous arriver, que notre Amour était au-dessus de TOUT, que quoiqu’il arriverait nous chercherions LA SOLUTION. Deux pour TOUJOURS. Plus jamais seul(e). ENSEMBLE, car nous le savions, nous le savons : notre DESTIN est de vivre ensemble LE GRAND BONHEUR.
Ce qui a été raté est du passé...
Maintenant ?... Je t’Aime MAS et je sais être l’HDTV dans ton essence.


Elle a 27 ans, allure mannequin très sportive (en fait elle évacue dans le sport ses angoisses), un garçon de 3 ans scolarisé à la même école que V. Et cette après-midi-là, les parents étaient invités pour « brûler monsieur Carnaval ». Et il y a eu aimantation, ce que NOUS (Toi et moi) attendions qu’il se produise le 20 décembre.
Certes nous (elle et moi) sommes restés dans les limites du décent d’une réunion de parents d’élèves. Et je devais repartir avec V. Et le père de son fils venait les rechercher.
Naturellement, elle n’a pas ressenti que parfois j’étais ailleurs, avec Toi, t’écrivais déjà sur ce désir d’une autre femme que Toi.
Oh mon Amour, comme j’aurais voulu pouvoir revenir au 20 décembre et voir dans ton regard, à l’arrivée du train, le désir qu’elle avait de moi, que je ressente pour Toi le désir que je ressentais face à elle. Nous nous étions glacés via NOTRE LIEN MERVEILLEUX. Du passé. Il nous reste des décennies !
Que se passerait-il si j’acceptais de transformer ce désir en union ? (elle souhaite tout quitter pour moi ; elle sait que je vis seul – ce qui est vrai même si notre union spirituelle est au dessus de Tout)
Quelques années au mieux ! Comme toute relation passion désir sans union spirituelle. Elle ne te ressemble pas du tout, plutôt du « genre Fanny » mais très très mince et une douceur du visage encore plus marquée.
Je sais que c’est avec ce genre d’aimantation qu’ont débuté les « enthousiasmes » avec Angélique, Fanny, Valérie, Anne, Françoise, Marie... (le « coup de foudre » précède souvent l’orage ! ; avec Fanny seulement nous avons su le gérer, avec quand même de la souffrance ; et j’ai ainsi attendu 200X pour enfin te dire « je T’Aime » ; c’est sûrement la plus grande erreur de ma vie ; mais c’est du passé ; je T’Aime)
C’est TOI que j’Aime Corinne. Dans une des pièces, c’est en référence à Toi, la phrase sur les « glandes endocrines » (Parfois elles font oublier le choix de l’intégrité, d’attendre la vraie rencontre dans la douce solitude)
Le stoïcisme comme le Bouddhisme appellent à se méfier du désir... (et à vivre ICI et MAINTENANT – Tout, pour notre identité, se déroule ici et maintenant ; dans « une autre vie » est très judéo-chrétien...)
L’Amour a besoin du Désir mais du désir ne naîtra jamais l’Amour (ça c’est de moi ! aphorisme T. 200X...)
L’Amour et le Désir, quand nous dépensions des centaines d’euros au téléphone... Face à cela ta crainte 1983, tu ne l’aurais jamais appelée hantise... et pourtant elle...

Peu avant, avec « un collègue », nous avions bien ri de nous (Toi et moi ; lui et moi) et nos « problèmes de privilégiés » (comme je l’ai écrit dans une chanson) : lui, écrivain, a grandi sous une dictature (il est bosniaque et a quitté la Yougoslavie durant l’oppression soviétique... quand nous étions au collège !), moi sous une autre oppression... et tu as eu une enfance tellement protégée !...
(c’est donc sûrement difficile pour toi de comprendre ce que ressent J qui a été confrontée depuis 200X aux conséquences de tes choix, et elle n’a pas les mots pour le dire ; tu ne sais pas ce que c’est pour un enfant de voir sa mère injuriée, menacée ; tu as raison de redouter les prochaines années... ma mère non plus n’a pas compris... un jour un psy donnera peut-être à J l’expression « l’amour compensateur » : essayer de compenser par des mots, du confort... la situation dans laquelle elle fut embarquée, de l’adultère à la violence – enfant tu n’es jamais partie dans la nuit par peur... si tu savais ce qu’il reste alors chez un enfant, tu aurais peut-être moins de bienveillance pour cette « passion » ; tu as eu la chance de grandir dans un milieu certes pas parfait mais qui a essayé de te protéger, de te donner un bagage, des valeurs et tu as choisi de vivre autrement, même accepté le statut d’amante (tu sais pourtant ce qui arrive quand un type veut une amante et qu’ensuite elle parvient à devenir « officielle »... certes tu pouvais penser être une exception à cette règle...), d’être chosifiée tout en parlant de féminisme ! puis de vivre une relation conflictuelle, une relation de confrontations, les cris, la violence, le tout dans un milieu de banlieue parisienne guère propice à l’harmonie à la réflexion puis de trahir ton âme soeur – Tu, ton essence, n’es pas ainsi Corinne, si je considérais que tu es ton passé, je ne t’écrirais même pas, je comprendrais que tu puisses être condamnée pour complicité de menaces de mort mais je sais que tu n’es pas ainsi, TU N’ES PAS AINSI, Corinne. J’ai mal que tu puisses ainsi te complaire dans le malheur - J a bien compris en novembre et décembre qu’il se passait quelque chose, que tu étais enfin autrement, comme tu es VRAIMENT, que tu t’engageais dans une voie du BIEN, de DIGNITE, et aussi de structurant pour elle ; comprendre le passé permet de vivre mieux le présent ; TOUT est encore possible, tu sais que j’ai remis en cause de nombreuses vieilles habitudes pour NOUS... et que j’ai réalisé un long chemin introspectif, méditatif, depuis fin décembre) ;
il partait justement près de chez Toi, chez des bosniaques en exil... Notre dialogue, notre dérision, notre relativisme, m’avaient mis d’excellente humeur... et tu sais sûrement qu’ici c’est déjà le printemps... l’abricotier est en fleurs...

Malgré notre 20 décembre, je sais que nous pouvons TOUT nous dire. NOUS ce n’est, HEUREUSEMENT, pas de la passion : AMOUR ABSOLU, AMOUR EXISTENTIEL. Et pour le vivre en HARMONIE il manque que ton Désir redevienne comme quand nous faisions l’Amour au téléphone. Seul ou la Sérénamour.
Tu sais que même dans d’autres circonstances, je n’aurais pas passé la nuit avec elle (je ne suis pas un commercial), tu sais que le mieux est de lui parler de Toi, de notre Lien sensoriel, notre union spirituel. C’est Toi que j’Aime Corinne. C’est Toi que je Désire Corinne.

Maintenant je sais que ce n’est pas la première fois que je dis NON à une passion POUR NOUS ! En décembre je ne le savais pas ! J’avais oublié X (je ne noterai pas son prénom, elle était peut-être dans la classe de ton frère et elle et moi parlions parfois). Je l’ai connue alors que j’avais le bras cassé, en août 82, au bord d’un terrain de foot où j’étais venu voir Troisvaux, l’équipe où je jouais, contre l’équipe locale. Malgré ses copines, que je connaissais, nous nous étions écarté pour parler, il y avait eu « une attirance »... ça semblait naturel !... pas aux autres !... Ma soeur ensuite m’avait demandé ce qu’il y avait entre elle et moi (la phrase m’avais semblé bizarre !)... et blabla et blabla... En septembre elle entrait en 6eme, elle avait 12 ans moi 14. Quand nous étions en 3eme elle était donc en 5eme. Et quand je me tournais vers la droite pour te regarder (quand nous étions dans la même classe ; c’est revenu) je cherchais dans ton regard la flamme (aujourd’hui j’ai un mot !) que je voyais dans le sien à chaque fois que l’on se croisait ; elle avait un « regard passionné, « un regard de braise »... naturellement ce sont aussi les mots d’aujourd’hui... je ne comprenais pas comment elle pouvait avoir un tel regard ! Ce regard, que je savais n’être que pour moi, car je voyais bien qu’il était différent quand elle regardait ailleurs, ce regard m’a intrigué durant des années ! Je ne savais pas ! Et je cherchais donc la passion dans ton regard !
Même à cette époque-là, entre une passion potentielle et TOI, ce que je ressentais entre Nous, sans rien y comprendre à Toi ni X, NOUS était évident. Plus tard son frère fut un copain d’errances. Il comptait les soirées en nombre de filles emmenées dans sa voiture. Je l’ai revu en 99, il était nostalgique de cette époque, m’enviait d’être parti... « tu as toujours été un voyageur » (je ne lui avais même pas répondu ah bon !). Un commercial ! Il savait se prétendre romantique « les filles, faut leur faire croire que t’es romantique mais surtout jamais le devenir, sinon t’es foutu ».
X, plus tard, il n’y avait plus de flamme entre nous et nous n’avons jamais parlé de notre adolescence.
J’avais presque oublié son existence jusqu’à l’introspection janvier 200X et la réécriture de cette époque, je ne me souviens plus de son visage et son regard se confond avec les autres regards passionnés. J’avais 18 ans quand « pareille chose » s’est reproduite, et alors j’avais plongé ! Ma première passion ! 6 mois !
La passion est une impasse. Je le pressentais donc avant de savoir qu’elle existait ! Je sentais ce qui était essentiel. Comment ai-je pu attendre 200X avant de te le dire, JE T’AIME ? Ah Corinne, vivre notre Amour, notre lien, notre union...

Je sais que tu t’es mise en situation de ne pas avoir le temps de vraiment méditer aux conséquences de tes actes. Pour les autres mais aussi pour Toi. Mais je sens qu’au fond de Toi, ton Essence fait la différence entre notre perspective de Grand Bonheur et les illusions de la passion ou du désir. Tu sais donc que j’ai arrêté de travailler.


Tu m’as présenté des clichés d’un être vulgaire aux effets si néfastes sur ta vie ; par mail : une photo d’un être de Lumière, qui m’orienta vers la méditation avec qui j’échangeais alors une forme de promesse de vivre dignement (comme tu le sais, depuis 1989, je n’ai pas tout réussi !... Pardonne-moi de ne pas t’avoir dit JE T’AIME avant 200X, d’avoir laissé la vie te souiller, d’avoir erré aussi et pas toujours vers la sérénité) ; et l’étape 7 ; ce serait terminé s’il n’y avait eu « les retards »... la patience est notre grande vertu

l’HDTV

Comment gérer la fin Amour pour souffrir le moins possible ?
LIRE



Corinne écrivait en dédicace d'un livre offert :

A Stéphane,
mon âme soeur,
à qui je dis oui,
oui je veux être ta femme,
oui je veux t’épouser,
oui je veux un bébé,
oui nous l’appellerons * *,
oui je veux vivre avec Toi,
oui nous allons choisir notre maison.
Enfin oui au bonheur à deux !
Ton Ame Soeur Corinne.
Oui à Tout !


Aux premières heures du 22, un bébé...

Pour essayer de vous y retrouver - EXTRAITS DES MAILS - Corinne a écrit à Stéphane :

Elle demande pourquoi m'avoir contactée ?


Elle veut Errer dans les profondeurs de mon âme


Elle souhaite un peu de recul face à cette rencontre, riche d émotions


Le premier long mail de corinne 9 novembre 200X


Question Harmonie âme soeur


Le 9 novembre 2007 à 16h39


Apres le voyage en egypte de Corinne


Elle avoue : J adore ta voix Corinne voudrait des heures à m écouter


elle m a dit au téléphone hier soir : je suis l homme de sa vie JE T AIME


après l envoi de cartes postales avoir un enfant


Elle veut quitter sa relation pour vivre notre Amour


Famille : sa belle-soeur connait notre Amour


Famille : le dire à sa fille et notre bébé


Comment trouver un appartement ? (quitter son compagnon)


Tout va bien Corinne m aime et c est le bonheur


Il faut se voir congés déménagement avocat


Oui 25 ans plus tard je serai là billets de train


Nous : me transposer à Agen - l émotion est trop forte


Les factures portables nous avons dépensé pour notre Amour


Apothéose : je t Aime du plus profond de moi-même - tu vis en moi comme jamais personne ne l a fait


Apothéose encore : une onde de chaleur intense au niveau du coeur tu es en MOI


Lucidité : je ne m attends pas de ta part à un nid parfait et ce n est pas l essentiel


Heure H : nous décomptons les heures


Amour : j ai beaucoup d admiration pour la personne que tu es devenu Ne change surtout pas


Lucidité : ce voyage est un peu trop pour moi actuellement (Corinne épuisée)


Apothéose encore : le fruit de notre amour (toi + moi = bébé)


Amour mais : je serai entièrement avec TOI ... ou presque !